UNION DES ARTS PLASTIQUES de Saint Etienne du Rouvray
Accueil > Historique, témoignages > Pour un art vivant

Pour un art vivant

par Gérard Chantier

dimanche 2 mars 2003


Si l’Union des Arts Plastiques, peut aujourd’hui fêter ses quarante années d’actions, c’est bien parce que c’est un groupe, une réunion de créateurs, qui a toujours vécu dans le présent, dans l’action concrète et la contemporanité.. L’action ne peut être positive que dans la dynamique du groupe et des relations qui en découlent. C’est aussi parce qu’ une municipalité : Saint Etienne du Rouvray, a compris notre démarche et s’est investie dans le combat pour la défense de l’art contemporain, créant une collection d’art d’aujourd’hui et agissant avec nous pour la défense du 1 % , la création et la sauvegarde d’oeuvres publiques. Faut- il rappeler le sauvetage de la mosaïque de Kijno , vouée à la destruction, lors de la reconstruction du collège Louise Michel.

Ce n’est que par la constitution d’un groupe que l’artiste plasticien peut se faire entendre, en tant qu’être social. Hors de l’atelier ou du lieu qu’il nomme tel, il n’est rien.

L’artiste plasticien n’a pas de statut et ne peut donc avoir de droit, d’exigence ; applique t’on quelque part le droit de monstration ? Non !

Si dans les années quatre vingt, un espoir est né de voir cette situation changer grâce à la création de DRAC, FRAC … qu’ en est-il de ces espoirs aujourd’hui ?

Aujourd’hui le budget de la culture est à nouveau inférieur au 1 % symbolique du budget de l’Etat.

Actuellement les intermittents du spectacle se battent contre la précarisation de leur statut, nous sommes solidaires de ce combat, nous qui avons toujours à nous battre pour un statut.

Mais seul dans l’atelier, seul devant les tenants du marché de l’art, nous ne pouvons exister si nous ne sommes pas un groupe, par delà les divergences esthétiques, les pluralités politiques ou confessionnelles.

L’UAP est un de ces groupes qui tendent à faire exister l’artiste. 40 ans d’existence sont là pour prouver l’importance d’un tel mouvement, plus de 270 artistes y ont agis et agissent. C’est le reflet du besoin de rencontre et du sentiment d’être, d’exister quelque part.

Seules, actuellement, peut-on dire, quelques collectivités territoriales apportent leur soutien aux plasticiens . Sinon que voit on ? Un pompiérisme digne de la fin du XIX ème siècle ou la valorisation post mortem du créateur.

L’UAP se bat pour la vie, dans la vie ; aussi que les artistes ici , là , ou ailleurs se regroupent-ils ; pour affirmer qu’ils existent autrement que décorateurs et faire valoir. . .

L’artiste, seul, brandit sa toile comme un linceul. Ce n’est que groupés que nous feront flotter l’Art au vent de la Vie !


Gérard CHANTIER
Président de l’UAP de
Saint Etienne du Rouvray en 2003