UNION DES ARTS PLASTIQUES de Saint Etienne du Rouvray
Accueil > Poésies > Complainte à huit pieds
Complainte à huit pieds

Claude Soloy

mardi 19 mai 2020

Vont mes baisers à fleur de vent
Vers le pays de ta maison
Où caracolent les amants
Feux follets de la déraison (refrain)

D’un trottoir à l’autre trottoir
Rien que la rue à traverser
Pas de quoi en faire une histoire
De l’autre côté c’est l’été
J’ai du bikini dans la tête
Dans l’biftèque y a pas d’arêtes
Allons enfants feu vert on passe
Feu rouge ça pète ou ça casse ! 
Orange c’est de la sanguine

Ma couleur à moi c’est l’amour
Qui jamais ma mie ne badine
Dès que je me fais troubadour…
Mais que la rue et ses pavés
Entre trois ou quatre mégots
Et leurs cendres pour me gaver
Mais plus de lèvres berlingot
A étreindre sous les palmiers
De nos vieux livres d’aventures…

Un pissenlit sous mon soulier
De satin cache sa blessure
Je t’aime un peu beaucoup encore
Pas du tout à la folie toujours
Entends-tu le cri de mon corps
Du bout du tunnel jusqu’au jour
Mort-né car on a tué la vie
Cloué le bec du colibri

Lors sur le trottoir de mon île
Je dors à l’ombre de ton rêve
Tandis qu’au lointain de la ville
Les loups en rut hurlent sans trêve

Claude Soloy

Répondre à cet article